Que vous soyez éveillé ou dans un sommeil profond, plusieurs pathologies peuvent affecter votre capacité à respirer normalement.

En règle générale, si votre incapacité à respirer correctement est un aspect d’une pathologie généralisée, le diagnostic sera formulé dans le cadre de cette pathologie. Votre médecin ou votre prestataire de soins détermineront la meilleure méthode de diagnostic pour votre pathologie et vous indiqueront les étapes suivantes concernant votre traitement.

Dans le cas où vous souffrez du syndrome obésité-hypoventilation (SOH), votre obésité engendre une forte pression sur les muscles autour de vos voies aériennes inférieures et limite votre capacité à inspirer suffisamment d’air. Si vous souffrez d’une pneumopathie restrictive, les muscles et les nerfs utilisés pendant la respiration sont affectés et vous avez du mal à respirer correctement de vous-même.

Examens du sommeil
Si votre incapacité à respirer pendant la nuit provoque des apnées (en savoir plus ici: http://oxygena.tn/traitement-de-lapnee-du-sommeil/), votre prestataire de soins peut vous orienter pour réaliser un enregistrement du sommeil. Les enregistrements du sommeil servent à évaluer si oui ou non vous souffrez d’apnée du sommeil et, le cas échéant, quelle en est la gravité. Vous pouvez effectuer un enregistrement du sommeil en milieu hospitalier ou à votre domicile. En savoir plus sur les examens du sommeil.

Analyse des gaz du sang

La bonne façon de diagnostiquer une insuffisance respiratoire est par l’intermédiaire d’une analyse des gaz du sang. Un échantillon de sang est prélevé par votre médecin pour déterminer vos niveaux d’O2 et de CO2.

Mesure du CO2 transcutané

Si vous suivez déjà un traitement par PPC pour votre SAOS, la mesure du CO2 transcutané permet d’identifier facilement une insuffisance respiratoire pendant votre sommeil.

Source: www.resmed.com/fr-fr/consumer/diagnosis-and-treatment/respiratory-care.html

Loading...